Mots-clés : , ,

Ce sujet a 5 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  daniel.paradis, il y a 2 ans et 6 mois.

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)

  • Auteur
  • #1703

    lauziem
    Participant

    Bonjour,

    Pourquoi dans les notices que nous voyons, dans la zone 300, illustrations en couleur est au singulier, alors que couleur devrait être au pluriel (couleurs)?

    http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/couleur/19757/difficulte

    Merci!

    #1704

    Bonjour,

    Je crois que les catalogueurs-euses font comme dans les exemples donnés dans le RDA Toolkit, c’est-à-dire de ne pas mettre au pluriel le mot couleur dans l’expression illustrations en couleur (voir règle 7.17.1.3). Pour ma part c’est ce que je fais en tout cas… J’ai vérifié diverses sources (Antidote, Petit Robert et Office québécois de la langue française), et il semble que les deux façons d’écrire couleur dans cette situation sont possible, quoi que l’alternative de le mettre au pluriel revient effectivement plus souvent, alors peut-être que certains milieux ont pris la décision d’inscrire couleur au pluriel malgré ce qui se fait dans le RDA Toolkit?

    Bonne journée 🙂

    #1706

    Bonjour,

    Nous avons effectivement remarqué cette observation et c’est une faute d’orthographe (et une aberration que ça soit ainsi dans le catalogue de notre bibliothèque nationale…! bref, ça me « crinque »).

    Dans le Multi, pour ne nommer que celui-là, il est clairement indiqué que « Le nom couleur est au pluriel lorsqu’il est précédé de la préposition en, sauf dans la locution haut en couleur. Exemples : Un journal en couleurs, une photo en couleurs, un film en couleurs, la télévision en couleurs. »

    Toujours dans le Multi, « Le nom couleur est au singulier lorsqu’il est précédé de la préposition de et lorsqu’il est en apposition. Exemples : Des vêtements de couleur, des crayons de couleur, du papier à lettres de couleur, des étoffes de couleur, des toitures couleur de cuivre, des imprimantes couleur, un téléviseur couleur.

    Je me retiens de signaler cette « coquille » à l’Office québécois de la langue française, c’est fou… et je me demande pourquoi je me retiens tant je trouve que ça l’air fou que le catalogue IRIS et celui de BANC comporte et perpétue cette faute…

    Je pense que c’est ce qui me dérange le plus dans le passage aux RDA… et j’applique fièrement le s à couleurs, peu importe ce qui se fait ailleurs et j’en suis fière! Il se peut que je fasse des fautes ailleurs, par inadvertance ou en oubliant de me relire, mais ça, j’y tiens!

    Voilà, j’ai fini 🙂

    #1716

    robin
    Participant

    De mémoire, selon ce qui avait été dit à la formation RDA donnée par Daniel Paradis et Pat Riva, c’est un choix qui avait été fait par les traducteurs du RDA, malgré que ça ne soit pas tout à fait grammaticalement juste, car en RDA on considère les illustrations comme étant « en couleur » dès qu’on a une couleur en plus du noir, contrairement aux RCAA2 qui demandaient à ce que les illustrations comportent 2 couleurs et plus. D’où l’idée d’écrire couleur au singulier.

    #1717

    lauziem
    Participant

    Merci pour vos réponses

    #1737

    daniel.paradis
    Participant

    Bonjour,

    Toutes les sources ne sont pas unanimes pour dire comme le Larousse que en couleurs est « toujours au pluriel sauf dans la locution haut en couleur ». De nombreux ouvrages de référence, dont le Dictionnaire de l’Académie française, indiquent en effet que le singulier est aussi acceptable que le pluriel. L’OQLF est du même avis puisqu’il dit, dans sa Banque de dépannage linguistique, que « dans l’expression en couleur(s) (par opposition à en noir et blanc), si le mot couleur est souvent au pluriel, le singulier est également possible. » L’OQLF donne plusieurs exemples qui illustrent les deux possibilités, dont celui-ci :

    – Ce dictionnaire contient plusieurs illustrations en couleurs. (ou : en couleur)

    À BAnQ, nous avons choisi le singulier car il nous a semblé que le pluriel impliquait la présence de plus d’une couleur et que logiquement, il nous aurait fallu employer le singulier dans les cas où il n’y en avait qu’une (cas moins fréquent mais quand même possible). Comme le but de cette information est d’informer l’usager que les illustrations comportent de la couleur et non pas de lui indiquer qu’il y a une seule ou plusieurs couleurs, nous avons  opté pour la simplicité et l’économie en choisissant le singulier. Celui-ci a l’avantage d’être toujours valide, peu importe le nombre de couleurs, et de ne pas exiger des catalogueurs qu’ils déterminent le nombre de couleurs présentes dans les illustrations, ce qui représente une économie de temps appréciable.

    Daniel Paradis

    Bibliothécaire responsable de la normalisation bibliographique
    Direction du traitement documentaire des collections patrimoniales
    Bibliothèque et Archives nationales du Québec

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.